hypogées II

La Cie d'Ophée et Hypogées II

 Depuis août 2015, La Compagnie d’Ophée travaille sur l’élaboration de la création  « Hypogées II » à partir des récits, des reportages, des vidéos, des documentaires sur la condition « humaine » et sociale des femmes et enfants confrontés à la violence, au conflit de guerres, ici et ailleurs et ses conséquences.

Hypogées II: ce qui est creusé en souterrain, ce qui est enterré, comme dans un tombeau. Par extension un monde invisible de l’extérieur, qui se doit d’être caché. Ce terme par ses définitions nous semble le mieux convenir dans le propos de cette création sur la parole au sens large des femmes dans ce monde.

Devant le constat d’une violence prédominante aux fils des années et au quotidien, d’une régression sur le droit des femmes, sur l’accélération des conflits internationaux qui ont touchés et touchent de nombreux pays et ses conséquences.

Devant les atrocités de plus en plus nombreuses faites aux femmes et aux enfants, dans un monde médiatique et technologique de plus en plus performant mais uniformisé, où la question de la mémoire collective est reléguée voire annihilée au profit économique.

Devant cette déperdition de l’humain, voire même dans une régression de la pensée et des droits des êtres humains et plus particulièrement des femmes et des enfants

Devant ces sociétés et les directions politiques quelles qu’elles soient qui se fondent et se confondent de plus en plus dans des doctrines religieuses sectaires d’intolérance, qui ne laissent plus de place à la liberté d’exister, aux droits sociaux et la solidarité.

Comment redonner le sens de l’autre, sa place, plus simplement : le sens humain et solidaire ? Comment sortir de cet engrenage qui isole tant de personnes dans une peur inconsidérée de l’autre ? Comment tisser un autre regard autour de nous et redonner un sens solidaire qui nous rassemble?

C’est dans le cadre d’une création artistique intergénérationnelle, multiculturelle, théâtrale portant un message solidaire écrit à partir de récits, de reportages, de vidéos, et d’interviews rencontres, auprès de femmes et d’enfants confrontés ou qui ont été confrontés à la violence et/ou qui ont été bafoués dans leur droit d’exister dignement, que notre compagnie culturelle et théâtrale veut œuvrer avec cette nouvelle création. Questionner le sens de l’humain, du sacré, de l’Art, du religieux et du social dans l’émergence des théofaschismes.

L'écriture d'hypogées II

Les régressions s’accentuent, les guerres, les tueries et massacres prônent comme principale arme de guerre : le viol, les tortures. Les lois internationales existantes dans ce domaine sont non appliquées ou simplement bafouées. Les informations sont portées en surface par des médias qui servent d’autres intérêts.  

Dans Hypogées II en tant qu’auteure de théâtre, j’ai voulu à partir de reportages, de témoignages, de faits de guerre et autres, rassembler dans mon écriture théâtrale dialogues, monologues, poésies et chorégraphies traduire ces faits, ouvrir publiquement un questionnement sur cette évolution technologique, médiatique, sociale qui involue le sens humain et solidaire et plus particulièrement celui des femmes. J’y insère également, des instants vérités, ouverts sur la réalité, des vidéos et films  de femmes témoignant de leur  parcours difficile.

 Les personnages représentent des entités universelles, symboliques. Force est de constater qu’aux travers des siècles, des pays, l’histoire de la place et les luttes pour le droit des femmes ont toujours un goût amer de luttes permanentes, d’éternel recommencement. Mettre aussi, en avant une déperdition de notre mémoire collective, de plus en plus criante dans les sociétés actuelles que cela soit sur le plan social, économique, politique et religieux. Vouloir mettre à la surface, cette vérité sur la détresse, la souffrance, l’injustice, l’inégalité constante entre les hommes et les femmes. Une parole de femme qui malheureusement est toujours « reléguée » au second plan.

Hypogées II a l’intention de porter et de transmettre au premier plan haut et fort cette parole occultée. Ouvrir une réflexion sur ce côté obscur de l’être humain. Un questionnement sur cette collective mémoire, de la place de Dieu, des médias, de l’évolution scientifique et technologique, des religions et celle de la place des femmes.

Martine BARON  DOUAY auteure

Hypogee page bleue noire blanc